La danse

J’ai commencé la danse comme on commence l’école : sans trop savoir pourquoi, car il y a forcément quelque chose à en tirer… Et je sais pourquoi je n’ai jamais arrêté.

Je me suis formée en classique au conservatoire puis en école. Examen d’Aptitude Technique en poche, cette porte indispensable franchie pour la formation de professeur de danse a été un tremplin. Vers autre chose.

J’ai donc travaillé avec des compagnies néo-classiques avant de me retrouver blessée aux tendons à cause du travail intensif des pointes. Cette blessure constante a été une magnifique opportunité car je me suis tournée vers la danse contemporaine. La liberté de recherche, la possibilité de faire de défauts des qualités, l’implication personnelle au processus de création m’ont conquise.

Bien que le yoga ait pris une place déterminante dans ma vie, je danse actuellement avec Thierry Verger et la compagnie Slash Point Haut .

Le yoga

Je ne connaissais rien au yoga quand j’ai mis pour la première fois les pieds dans un cours de Iyengar. Sans attente, sans préjugé j’ai prononcé timidement le « Om » en découvrant les vibrations qui s’en dégageaient.

Exactement comme la danse, j’ai commencé sans savoir pour quoi, si ce n’est une énième blessure, et je sais pourquoi je n’ai pas lâché malgré la difficulté des alignements demandés. Pour la première fois de ma vie j’ai compris en quoi la souplesse de mon corps était inégale, la respiration quasiment absente et l’esprit profondément dissipé.

A la pratique de l’Iyengar j’ai ajouté le Vinyasa. Plus dynamique, cette énergie me correspond plus tout en restant une grande amoureuse de la précision des postures. L’ashtanga influe également beaucoup ma pratique et mon enseignement même si je ne fais pas les séries tous les jours.

J’ai décidé de suivre une formation pour approfondir ma pratique, et enseigner humblement ce qui m’a été transmis de la pratique des asanas. Stéphanie Viu-Kessler a été une belle rencontre yogique, me permettant d’appréhender une pratique traditionnelle du Vinyasa.

J’enseigne depuis 2017. Mon enseignement est au maximum basé sur le respect de soi (chaque corps est différent, chaque asana le sera), l’empathie et le dépassement de soi.

Formations

Vinyasa Yoga – Xandra Yoga
Yoga sans dégât – De Gasquet

EN QUELQUES QUESTIONS

 

Signe et ascendant astrologique

Scorpion – Gémeaux

Ma constitution ayurvédique:

Pitta

Mes racines :

Région parisienne. Une petite famille sans prétention mais remplie d’amour. Un grand et un petit frère toujours prêts à me titiller/supporter (dans tous les sens). Un papa technicien. Une maman malade qui a pourtant plus d’énergie que nous tous réunis (un modèle).

De Formation :

200h Vinyasa auprès de Stéphanie Viu-Kessler, Xandra Yoga (je ne la remercierais jamais assez)

Bientôt Iyengar ? 🙂

Le BAC, littéraire évidemment

Conservatoire puis école de danse classique

BTS + L3 + M1 Commerce International à distance (oui, moi aussi je me demande encore pourquoi)

Mon type d’enseignement du yoga :

Bienveillant, mais précis. En douceur, pour que l’intensité passe inaperçue.

La particularité de ma pratique de yoga :

Fluide, mais posée sur  le rythme de mes respirations plus que sur une musique

3 mots pour définir ce que m’apporte ma pratique :

Ancrage. Rééquilibrage. Acceptation (et non plus résignation)

3 mots pour définir ce que m’apportent mes élèves:

Ce que mes élèves m’inspirent serait plutôt : Gratitude. Inspiration. Respect

Posture favorite :

Samakonasana (Grand écart facial)

Posture redoutée :

Balasana (oui, la posture de l’enfant)

Mentors :

BKS Iyengar et … vous allez rire, mais : ma mère! (Une vraie leçon de vie au quotidien)

Mantra:

Prends ce que la vie te donne

Livre référence :

« Le club des incorrigibles optimistes » Jean-Michel Guenassia (sinon c’était « Le joueur d’échecs », S. Zweig)

Film référence :

« The Danish Girl », Tom Hooper, une belle claque

Mon passe temps favori :

Je pourrais dire danser, même si c’est plus qu’un passe-temps

Sinon : lire, définitivement

Plutôt du matin ou du soir :

Peut-être plutôt du matin

Ma playlist yoga :

Des musiques que l’on entend mais n’écoute pas 🙂

Mon guilty pleasure :

Des pâtes au poivre le matin (il est recommandé de ne pas me juger sur ce point)

Et si je n’étais pas prof de yoga je serais :

En cette période de ma vie je dirais loin, à suivre les enseignements du maître que j’aurais enfin trouvé. Sinon je serais au moins en vadrouille, un tapis de yoga sous le bras, et peu importe où, pourvu qu’on y danse..